La Multiplication De L'arnaque Au Faux Crédit

La Multiplication De L'arnaque Au Faux Crédit

La Multiplication De L'arnaque Au Faux Crédit

Depuis l'apparition des plate-formes de financement participatif sur le territoire français, un vicieux mode d'arnaque s'est développé sur internet via les forums 2.0 et sur les boites e-mail : de prétendus crédits en ligne accordés de façon rapide, sans aucun apport, sans garanties et par des individus se présentant comme des investisseurs particuliers. Il s'agit ici d'une arnaque, mais l'abondance des fausses annonces sur pages en dit beaucoup sur l'ampleur du problème. Par conséquent, un nombre important de particuliers ont été floués du fait de cette escroquerie.

Un scénario bien rodé

Susciter l'intérêt de la cible avec une proposition de financement intéressante

L'arnaque au crédit ŕ la conso rapide au crédit prend toujours la forme d'une trame plus ou moins crédible. Pour notre escroc, il s'agit là d'une étape essentielle parce qu'il sait que la réussite de son coup est en partie due à la crédibilité de son histoire. Quand il veut attirer la plus importante quantité de victimes possibles, il écrit et publie une annonce sur des sites ayant beaucoup de fréquentation comme Facebook ou Twitter. Certaines pages très populaires ne contrôlent pas assez les sections de commentaires visibles par tous, ce qui en fait un lieu privilégié des arnaqueurs.

D'abord, l'arnaqueur s'affiche en tant que personne disposant d'une forte somme d'argent qu'elle voudrait faire fructifier par l'octroi de crédits avec un taux d'intérêt très faible. Par moments, il dit être un retraité rentier qui désire sortir du système bancaire traditionnel et donner ainsi l'image d'une personne philanthropique et aspirant à d'améliorer la société. Ce procédé poursuit un objectif précis : profiter de la détresse financière des personnes faibles en leur expliquant qu'un crédit est envisageable, même sans conditions de ressources. Il se dit prêt à leur octroyer un prêt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois que la demande est acceptée, le faux prêteur promet de débloquer l'argent en quelques jours avec des échéances qui peuvent s'étaler jusqu'à une dizaine d'années.
S'il peut sembler clair pour la plupart des lecteurs que des annonces de ce type semblent improbables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant au pied du mur financièrement peuvent se laisser berner à cause de cette promesse d'argent rapide qui les attire.

Envoyer des signes de sérieux et de confiance

Sur la toile, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec un tant soit peu d'imagination. C'est ainsi qu'agissent les arnaqueurs au faux crédit qui créent intégralement un faux personnage qui viendra appuyer leur scénario. D'abord, ils donnent une identité française à leur personnage. Donc pas de prénoms exotiques qui tendraient à faire fuir certaines personnes. La cible doit avoir l'impression que le prêteur se trouve sur le même territoire qu'elle. Dans un script bien ficelé, l'escroc peut se transformer en une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Les plus ingénieux vont jusqu'à exiger les fiches de salaire à sa future victime, d'autres lui demandent de donner des réponses à une série de questions sur son emploi. Pour augmenter un peu sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à fabriquer un grand nombre de faux personnages avec lesquels il publiera de faux témoignages qui serviront à vanter le sérieux de l'offre.

Donner suite à chacune des sollicitations

Quand la personne ciblée est convaincue du sérieux de la démarche, l'escroc peut maintenant passer à l'étape supérieure. Il lui confirme alors qu'il donnera suite à son dossier de de prêt, mais requiert en retour le règlement de frais de dossier par mandat avant de boucler le dossier. Ces frais divers peuvent représenter plusieurs centaines d'euros et sont demandés pour compenser la durée passée par le prêteur à analyser sa demande. Les frais de dossier sont, selon-lui, indispensables pour débloquer le crédit. Si la victime accepte, notre escroc lui exigera ensuite de verser une cotisation obligatoire d'assurance de prêt. Bien sûr, le demandeur ne recevra jamais son prêt et notre escroc récupérera les mandats avant de se volatiliser.


Comment prévenir ces escroqueries ?

Tout le monde en France n'a pas l'accréditation pour accorder un prêt et le crédit aux particuliers reste un secteur réglementé. Si un particulier ou une organisation fait de la vente de services financiers via le net, ce site est dans l'obligation de publier ses informations légales ainsi que ses CGV. Pour obtenir le statut de société de crédit, chaque organisme doit être en possession d'un agrément de l'ACPR et d'une inscription à l'ORIAS. Tout site de prêt entre particuliers doit nécessairement afficher ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une tentative d'escroquerie.

De plus, il ne faut pas oublier que les délais d'obtention d'un crédit sont assez longs et qu'il faut (environ) deux semaines avant l'obtention des fonds sur son compte. Et même si un particulier était en possession de capital à placer de cette façon, il analyserait longuement et profondément tous les dossiers avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
Pour finir, un établissement financier n’octroierait en rien un quelconque prêt (personnel, renouvelable ou immobilier) à un individu fiché à la Banque de France pour des impayés.
Meet with a VNA representative to discuss your needs.Contact us to set up an appointment.
Contact Us